4 mars 2015

Ma première classe virtuelle

Par DANS

Si vous enseignez ou si vous être chargé de la formation, peut-être avez-vous déjà songé à faire le saut en mode virtuel. Nous avons tenté de répondre à certaines questions que vous pourriez vous poser.

Les contenus devront-ils être modifiés?
L’essentiel des contenus sera conservé, mais il sera sans doute nécessaire de les redécouper pour les adapter au rythme plus rapide de la classe virtuelle. Profitez de cet exercice pour mettre à jour vos contenus et pour redéfinir vos objectifs.

Gestion de classe : qu’est-ce qui a changé?
Vous remarquerez rapidement l’absence de rétroaction visuelle. Afin de vous assurer d’être bien compris et d’éviter de vous retrouver à votre insu devant une classe endormie, vérifiez régulièrement la compréhension en posant des questions ouvertes et spontanées à des participants en particulier, en aménageant certains moments pour répondre aux questions posées, ou en multipliant les occasions où les apprenants peuvent intervenir.

Tout comme en classe traditionnelle, convenez de règles quant aux tours de parole, aux pauses et à la participation.

Quels médias utiliser?
Heureusement pour vous (et votre classe!), vous n’êtes pas condamné aux présentations PowerPoint. Profitez des nombreuses possibilités offertes par le mode virtuel pour démontrer directement le fonctionnement d’un logiciel ou d’un site web, collaborer sur un tableau blanc, lancer un sondage éclair, montrer de courtes vidéos, faire intervenir un conférencier à distance, etc. Renseignez-vous sur les possibilités du logiciel de classe virtuelle afin d’en tirer le meilleur parti.

Ce mode freinera-t-il les interactions entre les apprenants?Les apprenants virtuels sont parfois intimidés par l’environnement de classe en ligne. Prendre un moment au début d’un nouveau cours pour faire les présentations, si possible à l’aide des caméras, solidifiera l’esprit de groupe. Dans le cas d’un cours récurrent, permettez aux apprenants de faire un retour sur la session précédente ou commencez par une brève discussion. Ne négligez pas les interventions dans le chat et assurez-vous de prendre un moment pour répondre aux questions y apparaissant. En multipliant les occasions pour les étudiants de prendre le contrôle, vous contribuerez à créer une classe à leur image.

Comment maintenir l’attention?
Rappelez-vous que les apprenants sont généralement seuls devant leur écran, à un clic de leurs réseaux sociaux préférés, dans un environnement qui ne favorise pas nécessairement la concentration.

Pensez donc à varier vos stratégies de présentation toutes les cinq minutes pour briser la monotonie, que ce soit en montrant un graphique ou une image, ou en posant une question pertinente qui favorise le partage d’expertise.

Comment éviter les problèmes techniques?
Vous redoutez devoir interrompre votre cours pour aider un apprenant aux prises avec un casque d’écoute défectueux? Prévoyez un temps avant le début de la séance pour régler les détails techniques, ou dédiez une ressource à cette fin. Familiarisez-vous avec l’outil en contexte en organisant des classes tests avec des collègues.

Faire le saut vers la classe virtuelle est donc un passage qui se prépare si l’on veut que l’expérience soit aussi positive pour le formateur que pour ses apprenants.

Références :
Moore, Cathy. (2004) Tips for webinars or virtual training.